samedi 28 mai 2016

Et si on parlait de ... ma première rencontre auteur/lecteur

Cette semaine pas de Hello week-end par manque de temps mais promis on se rattrape la semaine prochaine ! 


En attendant, il me tenait à cœur de partager avec vous ma superbe (comprenez ratée) expérience de rencontre auteur/lecteur.


Pour celles et ceux qui me connaissent et avec qui j’ai eu l’occasion de discuter vous savez que je suis une grande timide. Ce qui m’avait jusqu’à aujourd’hui empêcher d’aller à la rencontre d’un écrivain sur des salons ou lors de leur tournée de dédicace.

mardi 24 mai 2016

L'éveil de Mademoiselle Prim de Natalia Sanmartin Fenorella : l'attente de trop ?


Lu aux chez Pocket - 360 pages
Paru également chez Grasset - 352 pages

Cela faisait deux ans que ce roman me faisait de l’œil lorsque je me baladais dans les rayons de la librairie. Et voilà qu’il sort en poche, ô joie, je passe en caisse.


4ème de couverture

"Cherche esprit féminin détaché du monde. Capable d'exercer fonction de bibliothécaire pour un gentleman et ses livres. Pouvant cohabiter avec chiens et enfants. De préférence sans expérience professionnelle. Titulaires de diplômes d'enseignement supérieur s'abstenir." 

Mademoiselle Prim ne répondait qu'en partie à ce profil : bardée de diplômes et sans aucune expérience des enfants et des chiens. Elle est engagée et, après quelques heurts avec son employeur, un homme aussi intelligent et cultivé que peu délicat, elle découvre le style de vie et les secrets des habitants de Saint Irénée d'Arnois. Mademoiselle Prim tombe très vite sous le charme de ce village hors normes où les voisins s'adonnent à leur passion et où l'intérêt de la communauté prédomine. Pour eux le temps n'a pas d'importance et la littérature ne sert qu'à s'épanouir. L'Eveil de mademoiselle Prim nous invite à un voyage inoubliable à la recherche d'un paradis perdu révélant toute la splendeur des choses simples de la vie.


vendredi 13 mai 2016

Hello week-end #24 - Du 13 au 15 mai


Comme d'habitudepour bien démarrer le week-end, nous vous proposons tous les vendredis deux lectures que nous avons particulièrement appréciées ou qui nous font envie ainsi que quelques idées sorties près de chez vous. 


**Un week-end, deux livres**




La sélection d’Emy : L'ombre du vent de Carlos Ruiz Zafón - paru chez Pocket.

J'avoue ! Carlos Ruiz Zafón est un de mes auteurs préférés et je ne pouvais pas passer à côté de l'anniversaire de L'ombre du vent qui fête cette année ses 15 ans et ses 25 millions de lecteurs à travers le monde ! L'occasion de se replonger dans la saga du Cimetière des Livres Oubliés, de redécouvrir Barcelone et la plume magnifique (oui ce qualificatif n'est pas très objectif !) de Carlos Ruiz Zafón :  un conteur, un poète, un artiste ! Voilà le résumé sommaire mais qui vous mettra, j'espère, en appétit. Dévorez-le autant que je l'ai dévoré ! (rien que d'en parler, j'en ai la chair de poule !).

Dans la Barcelone de l’après-guerre civile, marquée par la défaite, la vie est difficile, les haines rôdent toujours. Par un matin brumeux de 1945, un homme emmène son petit garçon – Daniel Sempere, le narrateur – dans un lieu mystérieux du quartier gothique : le Cimetière des Livres Oubliés. L’enfant, qui rêve toujours de sa mère morte, est ainsi convié par son père, modeste boutiquier de livres d’occasion, à un étrange rituel qui se transmet de génération en génération : il doit y « adopter » un volume parmi des centaines de milliers. Là, il rencontre le livre qui va changer le cours de sa vie, le marquer à jamais et l’entraîner dans un labyrinthe d’aventures et de secrets « enterrés dans l’âme de la ville » : L’Ombre du Vent.

mardi 10 mai 2016

Procès du grille-pain et autres objets qui nous tapent sur les nerfs de Charles Haquet & Bernard Lalanne : du déjà lu ?

Lu chez Folio - 208 pages paru en avril 2016

**Partenariat**

J’ai eu l’occasion de recevoir ce livre dans le cadre des partenariats Livraddict. Merci à eux et aux éditions Gallimard/Folio pour cette très chouette découverte.



4ème de couverture

Charles Haquet et Bernard Lalanne passent en revue 50 objets usuels et nous démontrent, cas pratiques à l’appui, le bien-fondé de ce livre cocasse et décalé.

«En cet âge orwellien, où l'on annonce pour demain 80 milliards d'objets connectés, il est certes anachronique d'avoir encore à lutter contre un parapluie ombrageux ou une boîte de sardines récalcitrante. Mais d'un autre côté, c'est plutôt rassurant.» Au détour de l'inévitable rideau de douche qui colle à la peau, on apprendra comment Hitchcock s'y est pris pour traumatiser des générations entières de spectateurs. Le composteur à billets, les chaînes à neige, le GPS, la housse de couette... «Ils n'ont pas fini de nous en faire baver.»

dimanche 8 mai 2016

Le Cargo sentimental de Cesare Battisti : un roman sur le poids de l'hérédité

Paru aux éditions Joëlle Losfeld / Gallimard
198 pages

J’avais envie de découvrir une épopée se déroulant en Italie sous fond de révolution pour sortir de mes sentiers battus. C’est ainsi que je me suis retrouvée à acheter d’occasion ce roman de Cesare Battisti.



**Avant-propos**

Tout d’abord un petit mot sur l’auteur. Cesare Battisti est né dans la banlieue de Rome en 1954 et grandit dans un quartier populaire qui deviendra son terrain d’apprentissage. A 21 ans, il décide de rejoindre la lutte armée. Les années 70 deviendront pour lui des années de clandestinité. Arrêté et condamné il finit par s’évader de prison et s’exile au Mexique pour enfin venir s’installer en France et publier son premier livre Les Habits d’ombre.  

Après une telle entrée en matière, on ne peut que vouloir découvrir ce roman qui parle de … révolution oui mais pas que !

vendredi 6 mai 2016

Hello week-end #23 - Du 6 au 8 mai


Comme d'habitudepour bien démarrer le week-end, nous vous proposons tous les vendredis deux lectures que nous avons particulièrement appréciées ainsi que quelques idées sorties près de chez vous. 


**Un week-end, deux livres**





La sélection d’Emy : L’invention des ailes de Sue Monk Kidd paru aux éditions 10-18 ou JC Lattès
Deux jeunes filles que tout oppose : Sarah et Hettie. L’une est une fille de famille bourgeoise, l’autre est esclave. Néanmoins, elles ont une chose en commun : chacune refuse sa condition, mais au 19ème siècle une femme a-t-elle le droit de s’affirmer et se rebeller ?

Sue Monk Kidd nous transporte à travers une époque où la société est figée, vers un voyage pour la liberté avec des personnages pas si fictifs qu’il n’y paraît.
Un roman émouvant, un hommage à toutes ces victimes de l’esclavage.


dimanche 1 mai 2016

Où on va papa ? de Jean-Louis Fournier : le cri d'amour d'un père

Lu aux éditions Le livre de poche
145 pages

J'avais vraiment envie de découvrir cet auteur depuis déjà un long moment mais je ne savais pas par lequel de ces livres commencer. C'est un peu par hasard que j'ai décidé de démarrer par Où on va papa ?



En quelques mots

Dans ce court livre de 145 pages, Jean-Louis Fournier écrit sa confession à ses deux enfants Mathieu et Thomas. Un livre comme une déclaration d’amour pour cet homme, qui le dit si bien lui-même, a eu deux fins  du monde : la naissance de ces deux enfants handicapés.

L’auteur nous décrit la vie de ses fils et la vie avec eux. Une vie parsemée de difficultés, de honte, de non-dits.

Il nous dresse le tableau de ses remords, de ses regrets, de ses peines mais aussi de ses joies. Les anecdotes sont les points d’ancrage de son récit, des morceaux de vie décrient par l’auteur avec beaucoup de cynisme et d’humour noir. Rire pour ne pas pleurer, rire pour ne pas tomber dans la fatalité d’une vie qui ne sera jamais comme celle des autres.