mercredi 27 juillet 2016

ALERTE COUP DE CŒUR | De nos frères blessés de Joseph Andras

De nos frères blessés
Paru aux éditions Actes Sud en mai 2016 - 144 pages
Goncourt du premier roman 

Voici un roman qui a fait parler de lui au travers de son prix « Goncourt du premier roman» refusé par son auteur Joseph Andras. Mais nul besoin, selon moi, d’accepter ce prix (bien que mérité) pour prouver sa force, sa puissance et sa magnificence.



En quelques mots

Qui connaît Fernand Iveton ? Je l’admets, pas moi, ou en tout cas que très sommairement. Je pense que le temps ou encore les gouvernements ont fait en sorte d’enterrer son nom de l’Histoire ô combien dramatique.

Fernand Iveton, trente ans, est un Européen Algérien ouvrier et communiste. En pleine guerre d’Algérie, Fernand veut la liberté pour le peuple algérien. Engagé et déterminé, il posera une bombe dans son usine. Il a des convictions Fernand mais il est hors de question pour lui de faire des victimes, la bombe devra exploser une fois qu’il n’y aura plus personne au sein de l’usine.
Mais voilà, rien ne se déroule comme prévu et Fernand Iveton est arrêté avant qu’il ait pu faire exploser cette bombe.
Torturé, humilié durant des jours, il sera condamné à mort pour terrorisme, le seul européen d’Algérie condamné à mort... Lui, cet homme innocent de tous crimes ; Lui, un homme dont le seul désir était de voir l’indépendance être proclamée …

mercredi 20 juillet 2016

[Rentrée littéraire 2016] Aux petits mots les grands remèdes de Michaël Uras : la guérison des maux par les mots

Parution le 30 août chez Préludes
Lu via NetGalley

C’est avec grand plaisir que j’ai pu découvrir ce roman en avant-première et par la même occasion cet auteur. Un roman qui fait du bien, parfait pour l’été !


En quelques mots

Alex, bibliophile et bibliovore, a décidé de faire de sa passion son métier, il est bibliothérapeute. Son moteur : tenter de soulager les maux de ses patients grâce à la littérature.

Ses patients sont très différents les uns des autres et sont atteints de « pathologies » diverses. Ainsi, on rencontre :
- Yann, un jeune adolescent qui refuse de s’ouvrir au monde à cause de son handicap et d’une mère trop couveuse. Un enfant très intelligent, qui s’exprime sans détour.
- Anthony Polstra, un célèbre joueur de football qui se pose de réelles questions sur son avenir.
- Robert Chapman, un commercial en plein burn out, qui oublie de parler à sa femme, maladroit de surcroît tant le stress le ronge et quelque peu grossier dans son comportement.

Quant au héros, même s’il est très doué pour son métier, il n’en reste pas moins qu’il a tendance à oublier sa vie personnelle et son couple. A tel point que Mélanie, sa compagne, le quittera.

N’est-il pas l’heure pour Alex de mettre en application ses propres conseils ? La littérature pourra-t-elle l’aider lui aussi à ouvrir les yeux ?


Mon avis


Voilà un roman doux et amer sur notre société moderne, sur cette vie qui toujours va à cent à l’heure sans que nous prenions le temps de vivre réellement, de nous poser et d’analyser nos propres comportements. Et pour cela, les livres sont un très bon remède, je ne cesserai de le clamer haut et fort :-p

mardi 12 juillet 2016

Le rendez-vous de Justine Lévy : la quête d’un amour maternel et d’un pardon à soi-même

Justine Lévy
Paru en poche aux éditions Pocket - 177 pages
Grand format chez Plon - 182 pages

Le rendez-vous de Justine Lévy est dans ma bibliothèque depuis mes années BTS soit plus de 5 ans, aïe le coup de vieux … Alors non bien sûr je n’ai pas fait semblant de le lire pour mes études, j’étais juste partie sur un autre ouvrage. Tout cela pour dire qu'il était plus que temps de découvrir le premier roman de cette jeune femme.


En quelques mots

On le sait, on ne choisit pas sa famille et ce roman en est la preuve. Bien que je ne sois pas certaine que Louise, l’héroïne, en voudrait d’une autre.

Louise a dix-huit ans et la vie devant elle. Elle attend sa mère Alice, qu’elle n’a pas vu depuis plus d’un an, à un café place de la Sorbonne. Mais visiblement celle-ci n’est pas décidée à pointer le bout de son nez, comme souvent d’ailleurs. Alors en attendant Louise va se remémorer son enfance, faire appel à sa mémoire pour remonter les souvenirs parfois douloureux de cette relation mère-fille. Puis elle songera, elle songera à ce qu’elle aimerait lui dire si Alice se décidait enfin à venir. Mais oserait-elle dire tout ce qu’elle n’a jamais réussi à lui dire étant enfant ? Est-elle prête à lui envoyer ses quatre vérités en pleine figure ? Pourrait-elle vider son sac rempli à la fois de rancœur et de tendresse ?
Qu’importe, après tous ses souvenirs, Louise est décidée à ne plus souffrir pour un énième rendez-vous manqué.

« Vois-tu, nos seuls moments de bonheur, il me semble que je les ai rêvés. Je les connais par cœur. »

Mon avis

mercredi 6 juillet 2016

Les putes voilées n’iront jamais au paradis ! de Chahdortt Djavann : un récit coup de poing à lire d’urgence



Lorsque j’ai eu connaissance de la publication de ce livre, je l’ai inscrit en haut de ma whish-list, le titre si tapageur m’avait tout de suite happé et la quatrième de couverture et les interviews de l’auteure n’avaient fait que renforcer mon intérêt. 


4ème de couverture

Ce roman vrai, puissant à couper le souffle, fait alterner le destin parallèle de deux gamines extraordinairement belles, séparées à l’âge de douze ans, et les témoignages d’outre-tombe de prostituées assassinées, pendues, lapidées en Iran.
Leurs voix authentiques, parfois crues et teintées d’humour noir, surprennent, choquent, bousculent préjugés et émotions, bouleversent. Ces femmes sont si vivantes qu’elles resteront à jamais dans notre mémoire. 
À travers ce voyage au bout de l’enfer des mollahs, on comprend le non-dit de la folie islamiste : la haine de la chair, du corps féminin et du plaisir. L’obsession mâle de la sexualité et la tartufferie de ceux qui célèbrent la mort en criant « Allah Akbar ! » pour mieux lui imputer leurs crimes.
Ici, la frontière entre la réalité et la fiction est aussi fine qu’un cheveu de femme.


Mon avis

Ou plutôt coup de poing

«Vous voulez connaître une société ? Faites parler ses prostituées ! »

vendredi 1 juillet 2016

Moro-sphinx de Julie Estève : voyage au cœur d’une détresse viscérale

Moro-sphinx Julie Estève
Format E-Book - 184 pages

Je suis une lectrice entièrement conquise par les romans Stock, je suis rarement déçue par mes lectures non que dis-je, je n’ai jamais été déçue par les romans de leur collection "La bleue" et il en est de même avec Moro-Sphinx.


En quelques mots

« Elle est comme ces papillons qui s'accouplent dans le noir et que l'on retrouve tournant, fous, autour de lumières artificielles. »

Lola est une trentenaire, qui à première vue croque la vie à pleine dents et surtout croque les hommes à pleine bouche.
Chasseuse hors pair, chaque jour elle choisit sa proie finement. Mais Lola ne porte aucun intérêt à ses hommes d’un soir, d’une heure : qu’ils soient beaux, intelligents ou pouilleux tout y passe, rien n’est trop bon pour la jouissance.
Son but : récupérer un bout d’ongle de cette proie pour étoffer sa collection et ainsi se sentir puissante.
Mais pourquoi Lola est-elle si dérangée ?