dimanche 25 juin 2017

Atelier d'écriture #273 de Bric à Book | (É)Cri pour Elle

Chaque semaine, Leiloona du blog Bric à Book organise un atelier d'écriture. Le principe : à partir d'une photo, sélectionnée une semaine à l'avance, proposer un texte au ton et genre de notre choix. De quoi éveiller notre imagination :-)

Photo libre de droits

Imaginez si elle pouvait parler et même pleurer,
Serions-nous capable de l’écouter ?
Les verrions-nous couler, ses larmes de sang ?

Si vous saviez comme je me sens à cette idée de lui donner voix,
Soyons lucides, chacun n’en a que faire de ce cri silencieux,
Préoccupés par nos propres problèmes causés par d’autres.

Petite fille pleurant son père mort au combat,
Orpheline, pour des idéaux, pour une religion,
Et l’on détourne les yeux pour ne pas à avoir à regarder la peine

Cela ne nous concerne pas.

Imaginez si elle pouvait parler et même pleurer,
Serions-nous capable de l’écouter ?
Les verrions-nous couler, ses larmes de sang ?

Petite espèce, arrivée bien avant nous,
Disparaissant sous quelques balles ou bulldozers
Laissez la place à l’Homme et sa soif d’expansion

Envahir pour davantage s’enrichir.

Petit lopin de terre, offrant de rouges cultures,
Au bon goût de pesticides et bisphénols
Plantez, arrosez et détruisez puisque manger est vital

Après tout, on est vivant tant qu’on respire encore.

Imaginez si elle pouvait parler et même pleurer,
Serions-nous capable de l’écouter ?
Les verrions-nous couler, ses larmes de sang ?

Elle qui chaque jour, impuissante, observe,
L’horreur de l’Homme sous toutes ses formes,
Et nous qui chaque jour, regardons, ce centre du monde,

Communément appelé nombril.
Car inutile de chercher plus de coupables,
Ils sont dans le reflet de nos miroirs.

Imaginez si elle pouvait parler et même pleurer,
Serions-nous capable de l’écouter ?
Les verrions-nous couler, ses larmes de sang ?

Pauvres destructeurs, ouvrons les yeux, soyons sensés,
Prenons cette Terre poussière entre nos mains,
Pour ainsi semer quelques bourgeons de paix


© Amandine - L'ivresse littéraire

vendredi 23 juin 2017

Ne parle pas aux inconnus de Sandra Reinflet : le voyage de l’émancipation

Sarah Reinflet
Paru aux éditions JC Lattès - 380 pages

Décidément l’aventure des 68 premières fois recèle de belles, très belles découvertes. Les post-it à presque chaque page en témoignent. Je ne vais pas faire durer le suspense plus longtemps, Ne parle pas aux inconnus est un coup de cœur et je l’ai su dès les premières pages.

mardi 20 juin 2017

Retour sur le Prix du meilleur roman de Points - Edition 2017

Editions Points

C’est l’heure de la délibération finale pour le Prix du meilleur roman de Points 2017. Depuis décembre, nous sommes 40 lecteurs à découvrir une sélection éclectique de titres concourants au prix. Ce ne sont pas douze, comme cela était prévu au départ, mais treize romans que nous avons reçu et dont vous retrouverez les titres ci-dessous. 
Le rythme fut intense surtout dans la dernière ligne droite. On reçoit un roman de 800 pages et on se dit alors « mais comment je vais pouvoir faire pour le lire ? » (imaginez les gouttes perlées sur mon front…).

dimanche 18 juin 2017

Atelier d'écriture #272 de Bric à Book | Ultimo viaggio

Chaque semaine, Leiloona du blog Bric à Book organise un atelier d'écriture. Le principe : à partir d'une photo, sélectionnée une semaine à l'avance, proposer un texte au ton et genre de notre choix. De quoi éveiller notre imagination :-)



Allumer l’autoradio. Entendre alors résonner cette chanson de Liliclub Faire une virée à deux, tous les deux sur les chemins. Dans ton automobile, tous les deux on sera bien. 
C’est kitsch je l’admets. J’ouvre le petit toit ouvrant, je me lève et je chante, je souris. A toi, à la vie, cette vie, notre vie.
Tu me regardes avec ces yeux qui me font fondre. Ces yeux qui disent « tu es dingue mais tu es belle ». Des yeux qui avant les tiens ne s’étaient jamais posés ainsi sur moi. 

samedi 17 juin 2017

Principe de suspension de Vanessa Bamberger : au cœur de la crise industrielle et sociale

Vanessa Bamberger
Paru aux éditions Liana Levi en janvier 2017
208 pages

Normandie. Thomas est marié à Olivia, une artiste peinte qui ne perce pas dans le monde de l’art. Il a racheté Packinter, une PME spécialisée dans la fabrication des systèmes d’inhalation médicamenteux en plastique. Un secteur extrêmement concurrencé notamment par d’autres pays européens qui détiennent d’autres procédés de fabrication ou une main d’œuvre bien moins chère. 
C’était sans compter sur Loïc, son directeur R&D qui lui propose une solution innovante pour sauver l’usine et révolutionner le marché. Mais voilà son plus gros client décide de délocaliser, lui aussi. Et la situation s’envenime encore plus lorsque son directeur R&D décide de partir travailler pour la concurrence, à quelques semaines de la finalisation du nouveau procédé et des dépôts de brevets. 

mercredi 14 juin 2017

Lointaines merveilles de Chantel Acevedo : ode à l’amour Cubain

Paru en poche aux éditions Points
360 pages


L'aventure "Jury du meilleur roman des éditions Points" se poursuit et se termine petit à petit. Dans la sélection, ce joli roman de vie de Chantel Acevedo. Dépaysement assuré.


« Il n'y a pas de logique à la souffrance, pas d'équilibre entre la joie et la peine. Il y a juste des choix et les échos de ces choix. »
Nous sommes en 1963 à Cuba. Castro est au pouvoir et la répression contre les partisans de Batista sévit.

dimanche 11 juin 2017

Autour des livres : préparez vos valises !


Le soleil a fait son apparition, et désormais nous n’attendons plus qu’une chose : préparer notre valise pour aller se poser au bord de la piscine.
Evidemment, on n’oublie pas sa crème solaire ni ses livres ! Et pour vous aider (peut-être) à choisir ceux qui vous accompagneront, voici une petite sélection parfaite pour l’été.

jeudi 8 juin 2017

Candide et Lubrique d’Adam Thirlwell : bavardage philosophique autour de l’amour, le destin et la vie

Adam Thirlwell
Paru aux éditions Points - 408 pages
En lice pour le PMR 2017

« Quand j’étais petit, j’avais coutume de rester dans cette pièce lorsque j’étais malade, c’était comme une récompense, et j’entendais le laitier qui remontait l’allée. Et à présent je me réveillais aux aurores et me rendais compte qu’il n’y avait plus de laitiers. L’unique gardien du son, c’était moi. »

Etats-Unis, L.A mais ce pourrait être ailleurs.

lundi 5 juin 2017

L’enfant qui mesurait le monde de Metin Arditi : douceur infinie autour d’un jeune autiste et d’une terre de lumière

Metin Arditi
Paru en format poche aux éditions Points
264 pages

Une nouvelle découverte dans le cadre du Prix du roman Points et quelle belle découverte. Je me souviens avoir vu L'enfant qui mesurait le monde lors de sa sortie et me dire que j'avais envie de découvrir Matin Arditi. Puis le temps est passé ... Mais voilà que l'envie est assouvie grâce aux éditions Points.