dimanche 18 juin 2017

Atelier d'écriture #272 de Bric à Book | Ultimo viaggio

Chaque semaine, Leiloona du blog Bric à Book organise un atelier d'écriture. Le principe : à partir d'une photo, sélectionnée une semaine à l'avance, proposer un texte au ton et genre de notre choix. De quoi éveiller notre imagination :-)



Allumer l’autoradio. Entendre alors résonner cette chanson de Liliclub Faire une virée à deux, tous les deux sur les chemins. Dans ton automobile, tous les deux on sera bien. 
C’est kitsch je l’admets. J’ouvre le petit toit ouvrant, je me lève et je chante, je souris. A toi, à la vie, cette vie, notre vie.
Tu me regardes avec ces yeux qui me font fondre. Ces yeux qui disent « tu es dingue mais tu es belle ». Des yeux qui avant les tiens ne s’étaient jamais posés ainsi sur moi. 

Sur les routes qui défilent, petits sentiers solitaires, on se laisse aller à la liberté. On se crée nos vie-rêves, insouciants, amoureux, innocents. 
Il nous suffit d’un rien. Des feuilles vertes et leurs danses lancinantes au gré des vents. Respirer à grande bouffée le bonheur. S’émerveiller du monde qui se dessine sous nos yeux. S’arrêter pour se porter aux lèvres quelques baisers. 

Dans quelques heures nous serons à Rome. Ville ivre de sa puissance. On s’émerveillera de ce premier grand voyage. De ces palais orgueilleux qui gisaient jadis en lieu et place de la colline du Palatin. Les « oh » et « ah » remplaceront nos mots face aux sculptures de marbre d’un réalisme à couper le souffle. Nous glisserons dans les bains redevenus poussière. Sous nos yeux renaîtra la folle décadence d’un Empire tout entier. 

Assurément, je te dévorerai la bouche poussée par l’excitation de ce lieu emblématique de richesse, gloire, guerre et luxure. 
En attendant, je ferme les yeux, profite du vent dans les cheveux. 

Allumer l’autoradio. Entendre alors résonner cette chanson de Liliclub. 
Mes deux mains sur le fin volant brûlant. Cette fois, je suis à la manœuvre. Je pose une main sur le cuir chaud de ton siège. 
Nu. Vierge. Vide.

Je lance un coup d’œil dans le rétroviseur. Dernier regard vers le passé. Dernier voyage dans cette ville démesurée. Ville de notre amour qui accueillera en son sein une merveille supplémentaire. 
Notre éternel beau devenir. 

© Amandine - L'ivresse littéraire

9 commentaires:

  1. Ca commençait super bien, une petite chansonnette invitant aux voyages, le grand amour et ....oups, un retour en solo??? Que s'est-il passé?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hum visiblement la fin aurait peut-être dû être plus explicite alors ?
      Je suis restée vague pour laisser place à l'interprétation mais je n'aurai peut-être​ pas dû. Dans ma tête à travers ces deux dernières phrases "Ville de notre amour qui accueillera en son sein une merveille supplémentaire.
      Notre éternel beau devenir" signifie qu'effectivement lui n'est plus là mais n'est pas parti sans lui laisser un gage de leur amour.

      Supprimer
  2. Comme Valérie, je suis décontenancée par la fin. Je ne comprends pas ce qui s'est passé entre les deux personnages.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon j'essayerai d'être plus explicite la prochaine fois. En fait elle retourne à Rome, seule effectivement ou presque. Disons qu'il y a avec elle, un peu de lui.

      Supprimer
  3. Ah oh, un cadeau éternel ? ;-)

    T'sais quoi, j'ai eu exactement la même chanson en tête en postant la photo, puis en écrivant mon texte ! :D

    RépondreSupprimer
  4. Rome quelle belle ville ! Une fin ouverte... J'aime ! Tu écris vraiment bien... Bravo !

    RépondreSupprimer
  5. Je sens que je vais avoir cette chansonnette en tête toute la journée (cela aurait pu être Week-end à Rome d'Alain Chamfort ;)) Le pouvoir évocateur des chansons est bien là.
    Décidément la ville éternelle invite à l'amour.
    J'ai été contente de partir avec eux , bien triste que lui soit descendu en route :(

    RépondreSupprimer
  6. Que te dire ? Je ne sais...Encore une fois, me voici transportée par ton texte, par tes mots à fleur de peau ! C'est juste sublime, solaire...C'est tellement toi ! je t'embrasse fort ...

    RépondreSupprimer
  7. Ton texte commençait bien... plein d'amour pour ces 2 là... je m'y voyais presque et soudain la triste réalité du manque de l'un d'eux lais présent par son amour éternel ! Bravo et merci ! Nady

    RépondreSupprimer